top of page

Une nouvelle perspective : combler le fossé entre la science et les sciences humaines










Je m'appelle Victor Sauca, j'ai 29 ans, je suis né dans une famille autochtone qui fait partie du peuple Saraguro Kichwa dont les terres traditionnelles se trouvent dans le sud des Andes équatoriennes.







En 2015, j'ai obtenu une bourse d'études internationales du gouvernement équatorien dont j'ai profité pour poursuivre des études en études des Premières Nations et autochtones à l'Université de la Colombie-Britannique - UBC, Vancouver, Canada.



À l'UBC, je me suis beaucoup plus intéressé à la connexion avec la culture, le patrimoine et le territoire de mon peuple à des niveaux intellectuels, scientifiques, expérientiels et spirituels plus profonds. Après avoir obtenu mon diplôme à l'UBC, avant de postuler à une maîtrise, j'ai décidé d'obtenir mon diplôme dans les sciences traditionnelles de mon peuple ou du moins d'y consacrer le même temps et la même discipline que ceux que j'ai consacrés à mes études de premier cycle. Je suis dans ce processus maintenant et je travaille pour trouver des moyens de redonner la générosité que j'ai reçue jusqu'à présent. L’une de ces façons est de relier le traditionnel avec le contemporain dans la dimension scientifique, contribuant ainsi à l’accomplissement d’un être humain plus conscient et plus autonome.



Actuellement, j'occupe le poste de responsable de la recherche en tant que travailleur à temps partiel pour Native Land Digital . De plus, je suis le chef du département de la jeunesse d'une organisation locale dont fait partie ma communauté Tuncarta.






Ma communauté


La communauté ou le village où je vis s'appelle Tuncarta et fait partie du peuple et du territoire de Saraguro. Comme la plupart des villages/communautés autochtones d’ici, il est autosuffisant et sa dépendance à l’égard des institutions gouvernementales locales et nationales reste à un niveau minimum.




La majorité des projets entrepris pour le bien-être de notre communauté ont été autogérés et financés avec la majeure partie de l'argent provenant des poches des mêmes membres de la communauté ou cofinancés avec l'aide d'organisations externes. Les projets qui ont demandé beaucoup d’efforts au cours de la dernière décennie sont les systèmes d’eau du robinet et d’irrigation des cultures. Pourtant, pendant les saisons sèches, l'incapacité du système d'irrigation devient apparente et des malaises et des conflits surgissent puisque l'agriculture et l'élevage comptent parmi les principales sources de revenus au niveau local.
















Même si les sources d'eau et les rivières présentes sur le territoire de ma communauté ont été préservées d'une forte pollution et de l'assèchement, la situation a changé ces dernières années. Il s'agit d'un phénomène récurrent sur le territoire de Saraguro, dont les causes et les dangers vont de l'introduction il y a des décennies de plantes non indigènes (comme le pin et l'eucalyptus) qui ont eu des effets négatifs sur l'écologie locale, à la déforestation des forêts indigènes pour créer des pâturages, la croissance de petites entreprises qui dépendent de l'eau (comme les centres de lavage de voitures) pour satisfaire la demande croissante de divers secteurs, et dernièrement la possibilité d' une exploitation aurifère à grande échelle par des sociétés transnationales dans les montagnes qui entourent nos villages et constituent la source d'eau. pour plusieurs villes situées au-delà du territoire du peuple Saraguro.




Mes intentions


Mes intentions derrière ce travail documentaire sont de rassembler des voix et des visions diverses et complémentaires autour de l'eau et des relations de co-dépendance que nous entretenons avec elle en tant que peuple. Nous profiterons de cette opportunité pour documenter l'état actuel de ces relations du point de vue de la communauté de Saraguro et pour rendre visibles les visions et les désirs que nous avons en tant que peuple pour notre avenir dans le contexte de notre dépendance à l'égard d'une eau et de sources d'eau saines. Au-delà de notre communauté locale, j'ai l'intention d'inviter les personnes soucieuses de l'eau et de sa préservation saine pour l'avenir à faire partie de nos visions, à les soutenir et à travailler de la manière appropriée. J'espère parvenir à une triangulation des connaissances traditionnelles et scientifiques au sein d'une équipe (composée d'aînés, de jeunes et d'enfants) pour des recherches continues visant à guider nos processus de planification et de prise de décision autour de l'eau afin de réaliser l'avenir que nous souhaitons en tant que peuple.









Sincèrement,





Victor Sauca

0 vue0 commentaire

Commentaires


Post: Blog2_Post
bottom of page